Attraction

Johann Le Guillerm

Parcours d'installations

  • Du 9 juin au 3 juillet
  • Tout public
  • Gratuit

À la croisée de la sculpture, de l’installation, de la performance et du spectacle, Attraction Le Mans 2019-2021 invite à porter un regard inédit sur le monde, l’espace et l’art en présentant l’œuvre d’avant-garde de l’artiste Johann Le Guillerm. Une collaboration Ville du Mans, Pôle régional Cirque Le Mans, Les Quinconces et L’espal, La Fonderie, Théâtre de l’Éphémère.

Attraction

9 juin au 3 juillet
Mercredi au samedi, 13h à 19h. Dimanche, 11h à 17h.
Début du parcours au Théâtre Paul Scarron, place des Jacobins (suite de la visite à la salle d’exposition des Quinconces)
Accueil groupes et scolaires : mercredi au samedi, 9h15 à 11h45 et 10h à 11h45

Afin de comprendre l’espace qui l’entoure, Johann Le Guillerm a élaboré un langage, une grammaire du mouvement qu’il expose dans des chantiers à la poésie ludique. Les Imaginographes, Les Imperceptibles, La Motte et L’Observatoire sont construits comme un parcours dans le laboratoire d’un chercheur. Un laboratoire dans lequel chacun est invité à regarder, ressentir, toucher et réagir. Entre déambulation et exposition, au Théâtre Paul Scarron puis aux Quinconces, le visiteur découvre de drôles de machines, une planète à portée de vue, des outils d’observation, chacun explorant un point de vue sur ce que l’on voit ou ce que l’on ne voit pas…

La Motte, une planète à portée de vue
Fille de la terre, La Motte déambule sur les traces de la mémoire du déploiement de sa surface. Sorte de planète à portée de vue, elle offre au spectateur l’expérience sensorielle d’une globalité vivante, fragile et mouvante… Pour l’observer dans sa circonvolution totale, il faut y consacrer du temps. Invitation poétique à la contemplation, sa présence puissante et hypnotique impose de reconsidérer le rythme naturel de notre environnement, imperceptible à notre monde de l’immédiat.

Les Imperceptibles, véhicules à vitesse et énergies imperceptibles
Le développement de la nature obéit à des mouvements qui lui sont propres mais souvent invisibles au regard. Johann Le Guilllerm a pris le temps d’observer les éléments naturels (eau, bois, pois chiche…), attentif à ce qui les anime. Leur énergie vitale est aux fondements de notre activité humaine. Les Imperceptibles sont des véhicules au mouvement imperceptible qui invitent à une promenade « mécano-durable » à travers le temps qui s’écoule et les énergies qui agissent
sans même que l’on y prête attention. Ces trois sculptures sont mues par des énergies totalement naturelles qui les font avancer. Elles sont le résultat d’expériences menées par un artiste qui cherche à comprendre le monde, ses visibles et ses invisibles pour le recomposer à sa mesure.

Les Imaginographes, outils d’observation
Les Imaginographes sont construits comme un parcours dans le laboratoire d’un chercheur. Un laboratoire dans lequel nous sommes invités à regarder, ressentir, toucher et réagir. L’exposition est organisée en différents pôles thématiques qui représentent les pistes de travail de l’artiste, chacune explorant la question du point de vue sur ce qu’on voit ou ce qu’on ne voit pas. Chaque pôle présente des outils, objets interactifs que l’artiste a rendus accessibles pour que chacun puisse à travers la manipulation en faire l’expérience à son tour. Johann Le Guillerm nous propose d’expérimenter, de déconstruire pour mieux saisir le sens. En nous mettant en posture d’expérimentation, il nous invite à comprendre que ce qui compte est la construction de notre propre cheminement.

L’Observatoire, laboratoire de recherche autour du point
C’est le labo d’un poète qui met à l’épreuve de nouvelles appréhensions de notre environnement. Un espace de recherche où s’élabore une grammaire du mouvement, une mathématique des équilibres, une poésie de la métamorphose de la matière. Les expériences qui y sont menées deviendront chantiers, numéros, performances, spectacles ou sculptures. Toutes ces formes nées de la science de l’idiot* cherchent à révéler une autre manière de voir…
* La science de l’idiot : celle de celui qui ne sait pas mais qui tente le savoir.

Ateliers philosophiques les 12 et 23 juin

Expérimentations et discussion philosophique – samedi 12 juin, 9h30-12h30 / 14h-16h
Manipulation de maquettes, écriture, recherche…, l’expérience nous permet-elle de changer de point de vue ? Est-ce l’objet perçu qui nous change, ou est-ce nous qui changeons de perception ?

Discussion philosophique : Le Point de vue, la perception – mercredi 23 juin, 14h-16h
Johann le Guillerm explore et montre de nouvelles possibilités d’être au monde, déconstruit un regard pour en reconstruire un autre, explore les liens, les infinitudes. Des lors, est ce qu’adopter un nouveau point de vue change qui nous sommes ? Le regard que nous portons sur nous-même peut-il s’élargir autant que le regard que nous portons sur les choses ?

Discussion philosophique : Le Doute – mercredi 23 juin, 17h-19h
Le travail de Johann Le Guillerm s’articule autour de la question du point de vue. Celle-ci implique une remise en question de ce qui nous est donné à voir, à comprendre, à lire en terme d’interprétation. Qu’implique cette remise en question des normes de lecture ? Si nous avons besoin de savoir interpréter ce qui nous entoure pour être au monde, à quel point douter nous permet-il d’exercer notre liberté ? Y a-t-il un risque à douter de tout ?

À partir de 12 ans. Gratuit sur inscription auprès des Quinconces : 02 43 50 21 50 – billetterie@quinconces-espal.com

Les autres installations visibles à travers la ville

Au jardin des Plantes
Les Oscillantes, fleurs cinétiques aquatiques
Les Broglios, poèmes graphiques
L’AALU, alphabet à lettre unique et aux multiples caractères
Le Crisalide, architexture

Place du Jet d’eau
Les Serpentants, architexture

Sur l’Île-aux-Planches
L’Indrique, architexture

#LMFSC21 #Attraction Le Mans

Photo La Motte © Philippe Cibille